Article original publié le 12 janvier 2018 pour Ombelliscience sur la plateforme Échosciences Hauts-de-France.


Changement climatique, pollution plastique, chute de la biodiversité… il est aujourd’hui difficile d’être optimiste à propos de quoi que ce soit en matière d’environnement. Pourtant, il existe bel et bien des problématiques qui semblent s’arranger. C’est par exemple le cas du « trou » dans la couche d’ozone qui, suite aux accords du protocole de Montréal, tend à se résorber.

Il se trouve qu’en France, la situation s’améliore aussi pour la qualité de l’eau douce, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer. C’est ce qui ressort de la rencontre d’Ombelliscience avec Jean Prygiel, expert étude et innovation à l’Agence de l’eau Artois-Picardie. Créées en 1964, les six Agences de l’eau couvrent la France métropolitaine selon ses bassins versants, avec parmi leurs missions la lutte contre la pollution et la préservation des ressources en eau.

Les six bassins qui constitue la France métropolitaine. © CNRS

Une amélioration sensible depuis les années 70

Dans le bassin Artois-Picardie, la faiblesse des courants dans les cours d’eau ne permet pas une dilution et une autoépuration suffisantes, favorisant l’accumulation de pollutions. Dans les années 70, l’état global des cours d’eau dans le bassin était catastrophique, en particulier dans le Nord, avec ses grands centres urbains et son activité industrielle intense. Il faut dire qu’à l’époque, les réglementations environnementales étaient très limitées voire inexistantes, et les citoyens bien moins sensibilisés qu’aujourd’hui. Jean Prygiel nous rapporte que des rivières et canaux, très pollués et sans vie, étaient sources de nuisances :

 Certaines rivières étaient en piteux état, les riverains se plaignaient des odeurs. On parlait même de vieux projets, heureusement abandonnés avant mon arrivée, visant à recouvrir les cours d’eau. Cela aurait été un véritable aveu d’échec !

Classiquement, les polluants majeurs, ou macropolluants, sont d’origine organique : azote et phosphore. Ces produits sont issus des rejets des eaux usées des villes, de l’agriculture ou de l’industrie. S’agissant de nutriments pour les végétaux, leur accumulation entraîne une prolifération incontrôlée de plantes et d’algues : c’est l’eutrophisation du milieu. La décomposition de ces végétaux est normalement assurée par des bactéries consommant de l’oxygène. En cas de forte pollution et en l’absence de renouvellement des eaux, l’oxygène disparaît, ainsi que la vie qui en dépend, notamment les poissons. La matière organique s’accumule et se décompose alors en l’absence d’oxygène, ce qui crée de mauvaises odeurs.

Pour éviter ces dégradations, des mesures ont été lancées, notamment concernant l’assainissement des eaux usées. Les territoires se sont munis de stations d’épuration, où l’on traite l’azote, le phosphore, et les matières organiques. Celles-ci sont dégradées par des bactéries pour constituer des “boues”, qui seront gérées à part. L’eau, débarrassée de l’essentiel des impuretés, est alors réintroduite dans le milieu naturel. De même, les rejets d’effluents industriels et d’élevage sont à présent largement encadrés. Ces efforts ont été accompagnés au niveau européen par deux directives clés sur la gestion de l’eau en 1991 et 2000.

Ces mesures ont porté leurs fruits : l’amélioration de la composition chimique des cours d’eau remarquée à l’échelle nationale se retrouve dans le bassin Artois-Picardie et le bassin Seine-Normandie, sur lesquels repose la région Hauts-de-France. Les indicateurs biologiques progressent également : l’oxygène en hausse permet à divers organismes, dont les poissons, de repeupler des cours d’eau qu’ils avaient désertés. De nombreuses données sur les différents cours d’eau sont accessibles en ligne, et visualisables via une application pour smartphones et tablettes.

On constate une hausse progressive de l’oxygène dissous et une baisse de la pollution en phosphates depuis 1990 dans le bassin Artois-Picardie. Données extraites le 08/02/18.

Il est néanmoins important de rester attentif car les bassins demeurent affectés par la pollution historique. En particulier, les pollutions métalliques (mercure, cadmium, plomb) se sont accumulées au fil du temps au fond de rivières comme la Deûle qui passe à Lille. Initialement présents sous forme non toxique pour les organismes (non biodisponible), ces métaux risquent de devenir plus toxiques avec le retour de l’oxygène, notamment pour les poissons qui réapparaissent.

Qualité de l’eau potable et substances « émergentes »

L’eau potable de nos robinets vient principalement des nappes (~96% en Artois-Picardie). La qualité de l’eau souterraine fait l’objet d’un double contrôle : d’une part par l’Agence de l’eau pour les normes environnementales, et d’autre part par l’Agence régionale de santé pour les normes sanitaires. Ces exigences élevées font probablement de l’eau le produit de consommation le plus contrôlé qui soit. En France, l’eau potable est de très bonne qualité, comme le montrent les relevés mis à disposition des citoyens, commune par commune.

La population étant toujours plus sensible aux questions de santé environnementale, la qualité de l’eau est un sujet très actuel. Notamment, on nourrit des craintes à propos de substances étiquetées comme « émergentes ». En réalité, ces pollutions ne sont pas nécessairement nouvelles, mais n’étaient pas surveillées auparavant. À mesure que les connaissances scientifiques et les objectifs de qualité progressent, on prête davantage attention à ces micropolluants, dont on découvre les effets à faibles concentrations. Il s’agit typiquement de molécules issues de médicaments ou de pesticides. Sur ce sujet, on pourra mentionner le travail de l’Ineris, qui dispose de rivières artificielles dédiées à l’étude des contaminations.

Rivières artificielles de l’Ineris. Crédit Ineris

Les produits qualifiés de perturbateurs endocriniens (PE), affectant le système hormonal, sont actuellement très étudiés. D’origine naturelle ou synthétique, les hormones se retrouvant dans l’environnement sont par définition des PE pour les espèces sauvages. Les œstrogènes, principales hormones « féminisantes » provenant notamment des rejets domestiques et d’effluents d’élevage, induisent des perturbations des appareils génitaux chez les poissons des rivières soumises aux rejets des stations d’épuration. Si les autres PE, comme certains pesticides et détergents industriels, ont des effets généralement moins prononcés que les dérivés d’hormones, des zones d’ombres subsistent sur les effets de toutes ces substances combinées – le fameux « effet cocktail » – mais la recherche progresse.

Les nappes phréatiques sont affectées par un problème de persistance : les polluants qui ne sont pas dégradés naturellement s’infiltrent petit à petit dans le sol. Il existe donc un phénomène de latence dans l’évolution de la pollution des eaux souterraines. Typiquement, on trouve encore aujourd’hui de l’atrazine, herbicide interdit en 2003, dans les nappes phréatiques.

Conclusion

La qualité de l’eau demeure donc au carrefour d’enjeux sanitaires et environnementaux. Comme on a pu le voir néanmoins, l’impression que tout ne fait qu’empirer constitue largement une illusion. Notre perception est fortement biaisée, du fait d’une sensibilisation et d’une médiatisation qui se sont considérablement développées sur les dernières décennies, suivant les progrès de la connaissance des phénomènes en jeu. Rappeler les graves problèmes sanitaires qui touchaient autrefois la France, et toujours d’actualité ailleurs dans le monde, permet de prendre du recul vis-à-vis des enjeux liés à la qualité de l’eau.

Jean Prygiel rappelle toutefois que le changement climatique, par ses impacts sur les cours d’eau, est susceptible d’accentuer les menaces de pollution sur les écosystèmes. D’une part, une baisse du niveau des cours d’eau pourra les rendre plus chargés en polluants. D’autre part, l’augmentation des températures devrait globalement accélérer les réactions chimiques et biochimiques, favorisant l’eutrophisation et exposant davantage les organismes.

Quoi qu’il en soit, la poursuite de la recherche et le suivi systématique de la qualité des eaux demeurent indispensables. C’est en comprenant mieux les pressions qui s’exercent sur les milieux que l’on pourra déterminer les actions à mener pour continuer d’améliorer l’état des cours d’eau et la qualité de l’eau potable pour tous.

Théo Mathurin