Environnement, Esprit critique

Pêche électrique : le discours nuancé des chercheurs tranche avec l’alarmisme des médias et ONG

Le débat a été… houleux. Ces derniers mois, la « pêche électrique » a fait les gros titres. Décriée par les pêcheurs du nord de la France, cette technique est vue comme destructrice pour la ressource en poissons, notamment la sole. Les responsables ? Les pêcheurs néerlandais qui, avec leurs bateaux armés d’électrodes, pêchent tout le poisson et ravagent les écosystèmes. Exigeant une aide d’urgence, les pêcheurs se sont notamment fait entendre en bloquant les accès de plusieurs ports.

La lutte contre la pêche électrique a été appuyée par de nombreux élus, le gouvernement français, ainsi que par des ONG, notamment Bloom qui a mené une campagne de plusieurs mois mobilisant fortement l’opinion publique. Cette affaire s’est soldée en janvier 2018 par un vote du Parlement européen, en faveur de son interdiction, dans un revers à un avis antérieur de la Commission. L’Europe étant ce qu’elle est, la bataille n’est toutefois pas terminée.

Relayant les inquiétudes des pêcheurs du nord, les médias ont principalement diffusé un discours catégorique prenant pour acquis le fait que la pêche électrique serait un désastre écologique. Parée d’un argumentaire se voulant factuel, Bloom a très largement « donné le la » à la critique de la pêche électrique en France. En l’absence de discours contradictoire, le citoyen aura retenu que cette technique détruit tout et qu’il faut l’interdire.

En réalité, ce n’est pas si simple. Mais il est assez difficile de s’en rendre compte en se restreignant aux contenus francophones. L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), ne travaillant pas directement sur le sujet, redirige les requêtes vers les synthèses du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM), auxquelles il participe. Les travaux de cet organisme scientifique inter-gouvernemental, peignant un tableau très nuancé, auraient dû servir de point de départ pour le débat, mais n’ont été que rarement cités convenablement dans la presse. Un échange avec Maarten Soetaert, chercheur belge et co-président du groupe de travail sur la pêche électrique au CIEM, nous éclaire dans ce débat complexe.

De quoi parle-t-on ?

Testée ponctuellement depuis les années 60, la pêche électrique a été interdite en Europe en 1998, comme ailleurs dans le monde, par peur d’augmenter l’efficacité des chalutiers. En 2006, l’Europe autorise les États à doter leurs bateaux d’électrodes, à hauteur de 5% de leur flottille dans la partie sud de la mer de Nord, principalement exploitée par les Néerlandais. Leurs chalutiers de fond, très énergivores, souffraient d’un prix du pétrole élevé, de sorte que la conversion aux nouveaux chaluts électriques représentait pour eux des économies considérables, avec une réduction de la consommation de gasoil allant jusqu’à 50%.

Le fait que seulement une poignée de pêcheurs puisse profiter de cette aubaine a créé un ressentiment chez ceux qui ne disposaient pas de licence. Cela a poussé les Pays-Bas à demander des dérogations successives afin d’obtenir davantage de licences de pêche électrique. Depuis 2014, ils en détiennent 84, ce qui dépasse largement le quota de 5% prévu.

Il faut réaliser que ces équipements électriques ont été installés sur des bateaux qui pratiquaient initialement le chalutage à perche, pour pêcher la sole et la crevette grise. Pour rappel, cette méthode consiste à traîner à vitesse soutenue un filet, lesté par des chaînes, sur le fond. Le filet piège ainsi les poissons recherchés, mais aussi, malgré les progrès, beaucoup de poissons non commercialisables (trop petits ou autres espèces), d’invertébrés vivant sur le fond (benthos) et de débris. En plus de ce manque de sélectivité, les dommages physiques du chalutage sur les fonds marins sont bien documentés, poussant les spécialistes à considérer qu’il s’agit de la pire méthode de pêche utilisée en mer du Nord.

La pêche électrique se positionne de fait comme une alternative au chalutage conventionnel. Avec un chalut électrique, ce sont des impulsions électriques appliquées au fond marin qui délogent les poissons vers le filet. Les impulsions utilisées dépendent de l’espèce-cible : à partir de 40 Hz, la sole a une réaction très marquée de crampe, ce qui facilite sa capture et améliore ainsi (modestement) la sélectivité. De même, des impulsions à 5 Hz font sauter les crevettes vers le haut en minimisant l’impact sur les autres espèces. On notera que le filet lui-même n’est pas électrifié, et que les impulsions électriques servent non pas à tuer mais à favoriser la capture.

Le fonctionnement de la pêche électrique a rarement été expliqué correctement dans la presse, où l’on a parlé de « pêche au Taser » et de poissons « électrocutés ». Dans une brève du Ministère de l’Agriculture, on lit que « [les] poissons sont attirés par les filets d’électrodes, paralysés par le champ magnétique, puis remontent à la surface. » Une telle concentration d’inexactitudes en une seule phrase est stupéfiante : il n’est nulle question d’attirer les poissons, ni de filets d’électrodes, ni de champ magnétique, ni de remontée à la surface. Pourtant, ces erreurs grossières, venant probablement d’une sombre confusion avec l’électropêche en eau douce, ont été répétées dans la presse.

La légèreté et la vitesse réduite des chaluts électriques limitent sensiblement l’impact mécanique des chaluts électriques sur le fond marin et la consommation de carburant par rapport aux chalutiers classiques. Mais alors, comment expliquer l’hostilité envers la pêche électrique ?

Discours trompeur à la Une

Puisque le discours de Bloom a été largement repris, il est intéressant de le soumettre à l’examen critique. Dans leur objection à une caricature des arguments des partisans de la pêche électrique, il est rappelé que les recherches sur le sujet sont limitées, ce qui est vrai. Toutefois, le propos de l’association est à plusieurs reprises manifestement faux ou trompeur au regard de ce que les études ont pu montrer.

Citant une étude en laboratoire, Bloom affirme haut et fort que les impulsions causent des fractures de la colonne vertébrale chez 50 à 70% des cabillauds exposés. Or, ces chiffres ne sont pas du tout représentatifs car ils concernent une exposition très proche de l’électrode, à puissance maximale. Le risque de fracture chute à quelque distance de l’électrode, comme l’ont montré d’autres expériences. De plus, l’analyse en conditions réelles fait état de fractures pour seulement 10% des cabillauds pêchés, uniquement parmi les plus gros (les jeunes cabillauds ne sont pas touchés). Au passage, il faut savoir qu’à cause des dommages de la décompression sur leur vessie natatoire lors de la remontée des filets, les cabillauds relâchés ne survivent généralement pas, avec ou sans fracture.

Ensuite, il est avancé que l’électricité affaiblit le système immunitaire des vers et des crevettes, les rendant plus sensibles aux infections. Bloom cite justement une publication de Maarten Soetaert à cet effet, ce qui est un comble d’après lui :

“Je n’ai rien observé de tel sur les vers. Un effet a été remarqué pour les crevettes, mais dans une étude ultérieure approfondissant la question, ces résultats n’ont pas été corroborés : les infections n’étaient probablement pas liées aux impulsions”.

Bloom se trompe également en disant qu’aucune recherche n’a été menée sur les requins électro-sensibles (aucun effet néfaste constaté), et les œufs, larves et juvéniles (voir ici pour le cabillaud, suggérant des effets néfastes pour certains stades pour une exposition élevée à 5 Hz). De plus, les œufs n’étant généralement pas au fond des océans, la probabilité qu’ils soient affectés par la pêche électrique est a priori faible. La recherche doit néanmoins se poursuivre, le CIEM ayant noté la faible portée de ces études. Il reste de grandes inconnues à propos des effets à plus long-terme sur les différentes espèces et aux divers stades de vie.

Bloom s’appuie sur l’interdiction de la pêche électrique en Chine pour affirmer que la technique est dévastatrice pour la biodiversité. En réalité, la source citée pointe plutôt un problème global de surpêche lié à l’absence de régulation. En Europe, on dispose de totaux admissibles de captures (TAC), déterminés en fonction de l’évolution des ressources halieutiques évaluée par le CIEM, dans le but d’éviter la surexploitation. Cette réglementation a permis une amélioration nette de l’état des stocks d’Atlantique Nord-Est sur les quinze dernières années. Pour la sole en mer du Nord, qui se raréfie d’après les pêcheurs, les spécialistes estiment que le stock se porte correctement. Cette discordance peut s’expliquer : les ressources sont évaluées à l’échelle de toute la mer du Nord, ce qui peut cacher des problèmes locaux liés à une trop grande concentration de l’activité de pêche, qu’elle soit électrique ou non. Précisons d’ailleurs qu’un chalutier électrique, qu’on présente comme ultra-efficace, prélève largement moins de poissons lors de son passage qu’un chalutier classique.

On peut comprendre la frustration de certains pêcheurs français, qui défendent leurs intérêts. Néanmoins, il faut réaliser que leurs difficultés découlent probablement plus d’une compétition locale trop importante entre différentes techniques de pêche pour la même ressource, dont l’évolution est complexe, que de la pêche électrique per se. Sollicité par la France à ce sujet, le CIEM estime que le risque pour les espèces et les habitats est faible. Certes, les méthodes de pêche plus “artisanales” auront toujours un impact moindre sur l’environnement, mais il n’est pas certain que ces techniques permettent d’atteindre les TAC si elles étaient amenées à être généralisées en mer du Nord. Cela serait une bonne nouvelle pour les écosystèmes, mais les consommateurs européens risquent de ne pas apprécier.

L’écologie mérite une réflexion plus mature

Les connaissances sur les impacts de la pêche électrique restent parcellaires et demandent à être approfondies, mais suggèrent déjà des avantages clairs sur le chalutage à perche. Plutôt que de présenter cette réalité nuancée, Bloom dresse un portrait partial en piochant dans les études les passages arrangeants hors contexte, démarche classique relevant de la manipulation. Il est toujours préjudiciable que des écologistes véhiculent un discours approximatif ou erroné sur le plan scientifique, car cela décrédibilise le propos général.

Contrairement à ce qu’il s’est passé à l’étranger, le débat en France a consisté à tenir un discours unique et à relayer sans esprit critique tous les arguments imaginables contre la pêche électrique, même les plus fantaisistes. Par exemple, 200 chefs cuisiniers se sont engagés à ne pas utiliser les poissons issus de la pêche électrique car leur qualité serait exécrable. Interrogé à ce sujet, l’auteur de ce manifeste renvoie vers Frédéric Le Manach, directeur scientifique de Bloom, qui aurait indiqué ne pas connaître d’éléments supportant ces affirmations (l’intéressé dément avoir tenu ces propos). Maarten Soetaert fait remarquer que “si le poisson était si mauvais, les pêcheurs néerlandais ne le vendraient pas à un meilleur prix que celui des chalutiers traditionnels”.

L’interdiction de la pêche électrique, si elle a lieu, aura au moins le mérite de donner du temps à la recherche d’approfondir la connaissance de l’impact des chaluts électriques. Le CIEM considère en outre que la réglementation actuelle ne permet pas de contrôler correctement les caractéristiques des chaluts utilisés. Notons que Bloom, citant cette remarque, a pris soin de ne pas inclure le début de la phrase, stipulant que les systèmes utilisés actuellement “ne semblent pas avoir d’impact négatif majeur”.

On peut considérer que le manque de recul vis-à-vis de la pêche électrique pourra justifier une application du principe de précaution. Mais en parallèle, il faut prendre en compte qu’une interdiction totale de la pêche électrique entraînera de fait un retour au chalutage à perche, qui lui reste autorisé et dont on connaît bien les effets pervers. Il faudra s’attendre à plus de dioxyde de carbone et de pollution au diesel, plus de prises accidentelles, et plus de dégâts mécaniques aux fonds marins. Malgré toutes les bonnes intentions, en se basant sur des informations fausses, on risque de prendre des mesures contre-productives pour l’environnement.

Quant à l’aspect éthique sur le ressenti des poissons, là aussi il faut rester cohérent. Des décharges électriques plus violentes sont utilisées depuis longtemps en aquaculture ou dans les abattoirs pour étourdir les animaux. Tant que l’on ne s’insurge pas plus contre ces pratiques, pourtant considérées comme plus “humaines”, il est absurde de condamner spécifiquement l’utilisation d’impulsions par les chaluts électriques.

  1. Omar Guedjouli

    Article anonyme donc non crédible

    • Théo

      D’abord, l’article n’est pas anonyme.
      Et quand bien même il le serait, en quoi est-ce que cela poserait problème ? Le discours tient de lui-même, les sources sont données. Si un inconnu vous dit que la Terre est ronde, en vous donnant de bonnes raisons, n’accepteriez-vous pas son discours ? Car rejeter le contenu d’un article sans autre raison que son anonymat, c’est un peu une façon facile d’éviter d’argumenter.

  2. jean Groc

    Enfin un commentaire courageux qui ose remettre les choses à leur juste proportion face aux discours partisans et à sens unique des groupes environnementalistes. Pour Bloom ce n’est pas un coup d’essai ( voir son acharnement anti Scapêche) , mais une façon d’être l’incontournable dès qu’il va s’agir de pêche.Les professionnels ont du souci à se faire, car ils auront en plus çà combattre l’opinion pour continuer à exister.

Répondre à Omar Guedjouli Annuler la réponse.

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :