Les huiles essentielles bio, c’est naturel, donc c’est forcément bon pour la santé non ?

En êtes-vous sûr(e) ? Car ce n’est pas parce qu’un produit est naturel qu’il est inoffensif, et inversement, tout produit chimique de synthèse n’est pas forcément dangereux. En l’occurrence, les pictogrammes sur l’emballage de ces huiles essentielles bio disponibles chez Nature et Découvertes avertissent sur les risques liés à certaines molécules qu’on y trouve, avec notamment un risque cancérogène (et/ou mutagène reprotoxique). En pratique, il est probable qu’il n’y ait pas de risque réel lors d’une utilisation normale de ces produits, mais cela n’empêche pas qu’à certaines doses et en fonction de la voie d’administration, le risque existe. Car encore une fois, c’est la dose qui fait le poison.

Le risque peut provenir de partout, et on peut évidemment le trouver dans la nature. Faut-il rappeler que les maladies d’origine bactérienne ou virale sont toutes naturelles ? Il existe en outre d’innombrables toxines naturelles, produites par les micro-organismes, les plantes et les animaux. Le monde vivant regorge de molécules aux effets néfastes pour l’être humain, et c’est sans compter les substances minérales que l’on trouve dans l’environnement qui présentent aussi leur lot de poisons. Bien sûr, certains produits chimiques de synthèse sont dangereux, mais d’autres sont inoffensifs. Il convient dans tous les cas d’évaluer le risque posé par les substances auxquelles nous sommes exposés. C’est le domaine d’une discipline scientifique à part entière : la toxicologie, dont les résultats sont ensuite analysés par les autorités sanitaires (en France, il s’agit notamment de l’ANSES). Pour un toxicologue qui étudie le risque posé par une molécule, son origine (naturelle ou non) n’importe pas, seul le résultat de l’étude compte.

L’idée qu’il faille faire une distinction fondamentale entre produits naturels et « produits chimiques » est donc profondément injustifiée. Malheureusement, elle sous-tend un argument marketing majeur et très en vogue car il s’agit d’une croyance populaire très ancrée. Combien de fois a-t-on entendu comme argument de vente qu’un produit était naturel ? Cette tendance a pour effet de créer un halo positif autour de certaines filières économiques (agriculture biologique et ses pesticides naturels, médecine alternative) et négatif autour d’autres (chimie, industrie pharmaceutique), et ce sans aucun fondement. D’autant plus que les marchés surfant sur le « naturel » sont aujourd’hui des industries brassant énormément d’argent, et il n’y a aucune raison de penser que l’attitude des acteurs privés de ces marchés soit différente de celles des entreprises classiques voulant maximiser leur profit. La preuve sur le marché des huiles essentielles avec cette enquête commanditée par le Ministère de l’Économie qui montre que la fraude y est très répandue et que « de nombreuses huiles avec des allégations qui leur confèrent un statut de médicament sont ainsi commercialisées en dehors du circuit pharmaceutique ». Car évidemment, le mythe de l’innocuité des produits naturels est exploité au maximum par ceux qui en profitent, qui bénéficient souvent d’une régulation laxiste voire inexistante. Beaucoup de produits en vente libre avec des indications claires (fatigue, stress, maux de tête, insomnies…) n’ont par exemple pas besoin de prouver leur efficacité pour être mis sur le marché, contrairement aux médicaments classiques. Si certains produits ne sont pas dangereux, ce n’est pas le cas de tous, et le manque de régulation et de contrôle est à la base de tout un ensemble de dérives du marché des produits naturels. Le constat est par exemple sans appel avec les herbes de médecine traditionnelle chinoise, qui lorsqu’elles sont analysées, s’avèrent contenir une multitude de contaminations – allant des métaux lourds à des restes d’espèces animales menacées – pouvant représenter un risque réel pour le consommateur.

Au global, pour tous ces produits, en l’absence de durcissement de la régulation, il vaut mieux rester sur ses gardes : un produit naturel en vente libre n’a pas forcément été testé correctement, et de ce fait on ne peut rien savoir sur son efficacité et sa toxicité. Une déconstruction de l’image idéalisée que les consommateurs se font du business usant du filon « naturel » est notamment nécessaire afin d’éviter de tomber dans le piège de leur marketing aguicheur. On ne peut que déplorer que la réalité scientifique soit bafouée si facilement par une logique commerciale, au détriment de la santé publique et du droit et de la protection du consommateur.