Esprit critique

Alerte : de l’uranium radioactif dans nos assiettes !

Vous prendrez bien un peu d'uranium ?

On retrouve des quantités détectables d’uranium dans la plupart des légumes que nous consommons.

Par exemple, une simple pomme de terre contient plusieurs millions de milliards d’atomes d’uranium radioactif. Le même constat peut être fait pour la majorité des légumes qui poussent en terre, ceux-là même que nous donnons à nos enfants !

Voilà le genre de formulations racoleuses dont raffolent certains rédacteurs d’articles. On nous intoxique, on empoisonne nos enfants, on trouve des molécules imprononçables dans les vaccins, dans nos cheveux, nos urines… Sous ce déluge de scandales, on oublie trop souvent que l’espérance de vie à la naissance a doublé depuis 1800, et continue de croître depuis la fin de la seconde guerre mondiale, en partie grâce aux progrès réalisés en chimie et en médecine.

Comment donc expliquer les scandales sanitaires alarmants qui se succèdent dans les fils d’actualité ? Ou les articles angoissants qui se pressent par dizaines à la moindre recherche Google concernant, entre autres, les vaccins, les OGM, les ondes électromagnétiques, l’énergie nucléaire, ou les pesticides ?

Faire peur ? Facile…

Revenons à l’uranium. L’affirmation qui débute cet article est parfaitement vraie. De là, sans donner d’informations supplémentaires, il aurait été simple de broder un article accusateur à l’encontre de l’industrie nucléaire. On pourrait même évoquer inconsidérément un incident nucléaire présenté de manière dramatique pour étayer le propos :

Comment expliquer une telle concentration d’éléments radioactifs dans les produits que nous mangeons ? Peut-être faut-il regarder du côté de nos centrales vieillissantes, qui multiplient les incidents plus ou moins cachés au public, et qui répandent impunément leur poison insidieux dans l’environnement. En 2008, une filiale d’AREVA, après plusieurs tentatives pour étouffer l’affaire, admet avoir relâché 74 kg d’uranium radioactif sur le site nucléaire du Tricastin, contaminant ainsi des cours d’eau affluents du Rhône. Après de tels « incidents », rien d’étonnant à ce que cet uranium se retrouve dans nos assiettes !

La conclusion aurait été limpide : l’industrie nucléaire pollue notre eau, nos terres, nos aliments, nous-mêmes, et nos enfants. Un discours de ce type, provenant d’une ONG appréciée du grand public, aurait pu être repris sans plus d’égards par plusieurs journaux. Le raisonnement est grossier, mais ce type d’article fait trop souvent la Une de la presse. L’appât du clic facile sévit même dans les journaux de réputation honnête (comme ici, ou ).

Une mise en contexte essentielle

Voyons maintenant pourquoi, malgré l’exactitude des informations citées plus haut, tout est à jeter. La première phrase affirme qu’on «retrouve des quantités détectables d’uranium dans la plupart des légumes que nous consommons ». C’est absolument exact. À vrai dire, l’uranium est omniprésent dans la nature : un mètre cube de sol européen en contient en moyenne un peu plus de 2 g. De telles quantités sont tout à fait naturelles, et sont stables depuis des millénaires. Nos plus lointains ancêtres mangeaient des fruits et légumes tout aussi « pollués » à l’uranium que les nôtres.

Les millions de milliards d’atomes d’uranium que contient une pomme de terre représentent seulement quelques microgrammes, qui s’avèrent absolument sans danger pour un quelconque être vivant. Pour comparer, ces quelques microgrammes d’uranium produisent moins d’une dizaine désintégrations radioactives par minute, alors que notre propre corps engendre 8000 désintégrations par seconde (notamment dues au carbone 14 et au potassium 40). On comprend alors que la radioactivité d’une patate est infiniment plus faible que celle de notre propre corps, à tel point qu’il faudrait en manger plusieurs centaines de kg (sans évacuer) pour augmenter de 1 % notre radioactivité naturelle interne.

Considérons à présent l’incident relatif aux 74 kg d’uranium déversés dans les cours d’eau. Avant de conclure à la catastrophe, il convient de se demander ce que représente cette quantité. On sait désormais qu’un mètre cube de terre contient en moyenne 2 g d’uranium. Ce dont on ne se rend pas forcément compte, c’est que sur 1 km², le premier mètre de terre en contient donc… 2 tonnes. Dès lors, on devine que les 74 kg d’uranium déversés ne vont pas perturber la quantité totale d’uranium naturel en France, et sont loin de constituer un fléau ingérable pour les générations futures.

Cela dit, cet uranium a été relâché de manière concentrée dans des affluents du Rhône, et va donc voyager vers la mer, en passant à proximité de plusieurs villes. Là encore, il faut contextualiser. Le Rhône contient environ 0,5 mg d’uranium par m³ et compte tenu de son débit, il charrie environ 80 kg d’uranium par jour. Depuis des siècles, les promeneurs lyonnais des bords du Rhône voient passer près d’eux plusieurs kilos d’uranium par heure, de manière tout à fait naturelle. Une fois encore, les 74 kg déversés par erreur sont loin de porter un risque de long terme aux hommes ou à l’environnement. Le but n’est pas d’affirmer que l’événement est sans importance : il est normal que ce genre d’incidents soient contrôlés par l’Autorité de Sûreté Nucléaire. En revanche, il n’y a pas lieu de crier à la catastrophe écologique.

En somme, il serait bon de garder à l’esprit que c’est la dose qui fait le poison.

La vigilance est de mise

La majorité des lecteurs ne sont pas à même de vérifier et de contextualiser tous les chiffres présentés dans ce genre d’articles. Il est malhonnête d’en profiter dans le but de promouvoir ses propres idées ou ses propres craintes. Ces informations chiffrées qui ne sont pas mises en perspective se retrouvent très souvent sur des sites internet ou l’idéologie passe avant le traitement rationnel de l’information. Voici quelques exemples typiques de messages creux :

  • « Chaque jour, les enfants peuvent être exposés à plus de 130 polluants chimiques »
  • « Les vaccins contiennent du formaldéhyde et de l’aluminium qu’on injecte dans le corps des nourrissons »
  • « Les téléphones portables émettent des micro-ondes qui chauffent le cerveau lorsqu’ils sont collés à nos têtes »
  • « Une étude a montré que, sur 30 personnes testées, on retrouve en moyenne 109 nanogrammes de pesticides par gramme de cheveux »

Tout comme l’affirmation sur l’uranium, celles-ci sont parfaitement vraies. Et de la même manière, en l’absence de chiffres contextualisés, absolument aucune conclusion ne peut en être tirée. Il serait simple là aussi de montrer à quel point ces déclarations sont inutilement alarmistes, voire trompeuses. Une mise en contexte exige des efforts de recherche conséquents, si bien qu’il est difficile d’endiguer la propagation de ce type d’informations, en particulier quand elles flattent des convictions répandues.

Un exemple de chiffre qui ne signifie rien : « la valeur la plus importante est 32 fois plus élevée que la valeur la plus basse ». Cette image est tirée d’un article du Monde concernant une étude sur la quantité de glyphosate dans l’urine humaine.

En résumé, qu’on mesure la présence d’une molécule dans le corps humain ou dans l’environnement, une dose de radioactivité, une quantité d’énergie produite, une masse de CO₂ émise ou n’importe quelle autre quantité, un article qui ne propose pas de données chiffrées, ou qui ne présente que des données chiffrées sans contexte, doit être considéré comme incomplet : aucune conclusion ne peut en être tirée.

L’intention de cet article n’est pas de nier la réalité de tout problème. Des enjeux considérables existent bel et bien (sanitaires ou environnementaux) ; il serait préjudiciable pour tous qu’ils soient éclipsés par ce genre de leurres. Pour ne pas être dupé, il est crucial de se rappeler, en permanence, qu’en l’absence de données quantitatives contextualisées, une déclaration doit être considéré nulle et non avenue.

  1. Gajyra

    Il me semble qu’un facteur important à été oublié ici: l’état d’enrichissement de l’uranium, en effet on peut imaginer que 74kg d’uranium enrichi (ce qui ne serai pas étonnant vu qu’ils proviennent d’une centrale) sont bien plus dangereux que 80kg d’uranium « naturel ». Je ne sais pas à quel point cela influence le raisonnement mais cette donnée ne me semble pas négligeable.

  2. Gérard Menthor

    Et le monoxyde de di-hydrogène ! On oublie de dire que chaque personne qui décède en a consommé moins de 6h avant…

Laisser un commentaire

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :