Esprit critique, Santé

Le nombre de cancers explose à cause d’un environnement toujours plus toxique… ou pas

Le cancer est une maladie terrible et malheureusement relativement courante, de sorte que la plupart des gens ont déjà été confrontés à des cas de cancer dans leur entourage proche. Ainsi, on entend souvent parler de cette maladie qui suscite l’angoisse, chacun disposant de sa propre expérience et de son ressenti personnel.

Une représentation assez répandue consiste à voir le cancer comme un mal de la modernité, une conséquence directe des multiples pollutions que notre société génère, en particulier certaines substances chimiques comme les pesticides. Notre environnement, de plus en plus toxique, serait responsable d’une véritable explosion des cas de cancers qui ne sera stoppée qu’au travers d’un retour à un mode de vie plus « naturel ».

Si on se penche sur les chiffres, à quel point cette histoire correspond-elle à la réalité ? La dernière publication du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) permet d’y voir plus clair.

Quelques rappels sur le(s) cancer(s)

Le cancer est une pathologie due à une prolifération incontrôlée de nos propres cellules. Devant la diversité de formes que peut prendre le cancer en fonction des cellules touchées, il serait d’ailleurs plus pertinent de parler des cancers au pluriel.

Au sein du corps humain, la division cellulaire (ou mitose), est régulée par des processus complexes pour garantir le bon fonctionnement des organes. Le cancer est généralement dû à l’accumulation de plusieurs mutations au sein de gènes spécifiques qui contrôlent le cycle cellulaire. Lorsqu’une cellule accumule la « bonne » combinaison de mutations, elle devient une entité égoïste qui prolifère comme une bactérie. Sous des conditions supplémentaires, la tumeur devient maligne et la prolifération produit des effets néfastes pouvant conduire au décès.

Cellulaire cancéreuse du poumon lors d’une division cellulaire.

Des mutations aléatoires se produisent naturellement lors de la division cellulaire. Elles s’accumulent avec l’âge, ce qui explique que le fait de vieillir favorise l’apparition de cancers. Ainsi, la malchance joue un rôle significatif dans l’apparition des cancers. Les parties du corps dont les cellules souches se divisent plus fréquemment, comme le côlon, accumulent plus vite leur « quota » de mutations et sont donc des sites plus à risque.

On sait aussi que certaines personnes héritent des mutations dangereuses de leurs parents et sont donc plus susceptibles de développer un cancer. Enfin, les mutations peuvent évidemment être favorisées par des facteurs environnementaux et le mode de vie. La survenue d’un cancer est donc souvent multifactorielle, mélange de prédispositions héréditaires, de facteurs comportementaux et environnementaux, et de hasard.

Y a-t-il plus de cancers qu’avant ?

C’est la première question à se poser quand on cherche à savoir si la vision populaire colle à la réalité. Il se trouve qu’en France, le nombre de cas diagnostiqués chez l’adulte a doublé sur les 30 dernières années, le cancer devenant comme dans d’autres pays développés la première cause de mortalité. N’est-ce pas une preuve suffisante ?

Ce serait oublier que la population française ne reste pas statique dans le temps. D’abord, la population augmente : plus de gens, donc plus de cancers. Mais surtout, la population vieillit et comme dit plus haut, l’âge est un facteur de risque majeur du cancer. On doit donc mécaniquement s’attendre à une hausse importante du nombre de diagnostics, alors qu’une vague de baby boomers atteint aujourd’hui 50-70 ans. Ces évolutions démographiques peuvent être prises en compte en calculant un taux d’incidence pour 100 000 habitants, standardisé par rapport à une population de référence. Une fois que cela est fait, qu’obtient-on ?

Le taux d’incidence des cancers a augmenté pour les hommes et les femmes entre 1980 et 2012. Source image : CIRC.

Une augmentation des cas diagnostiqués demeure visible depuis 1980, que ce soit chez l’homme ou la femme, avec un déclin récent pour l’homme et une stabilisation pour la femme. Cette augmentation n’est pas spectaculaire, mais elle reste tout de même conséquente. Chez l’homme, la hausse est essentiellement due à celle du cancer de la prostate, qui s’explique par une extension du dépistage au sein de la population asymptomatique, créant une « épidémie » de ce cancer très fréquent mais peu meurtrier. Chez la femme, c’est l’augmentation de l’incidence du cancer du sein qui joue le plus, une fois encore en lien avec un meilleur dépistage, mais aussi l’évolution de l’exposition à certains facteurs de risque (tabac, obésité).

Malgré une incidence en hausse, le cancer tue de moins en moins depuis 1980. Il faut voir là le résultat des progrès dans le dépistage et le traitement du cancer. D’une part, dépister plus tôt accroît les chances de survie. D’autre part, la prise en charge s’améliore : contrairement à l’idée dangereuse que véhiculent certainsla chimiothérapie, la radiothérapie ou encore la chirurgie sont efficaces et sauvent des vies. En parallèle, on remarquera que la proéminence actuelle du cancer dans la mortalité est le résultat indirect des progrès spectaculaires obtenus pour les autres causes de mortalité, en particulier les maladies infectieuses (merci l’hygiène et les vaccins) et cardiovasculaires (merci la prévention et les traitements). Si on meurt beaucoup du cancer, c’est aussi qu’il faut bien mourir de quelque chose.

Source : article de Gilles Pison sur The Conversation France

Qui sont les fautifs ?

Le CIRC a récemment analysé les causes de cancers qui seraient évitables en France si tout le monde adoptait un mode de vie sain et évitait de s’exposer aux agents cancérogènes. Pour cela, les facteurs de risque respectant certains critères ont été considérés :

  1. Caractère cancérogène certain ou probable pour l’être humain
  2. Une exposition de la population ayant un impact sur la santé publique
  3. Connaissance du risque relatif (le « pouvoir » plus ou moins cancérogène)
  4. L’exposition peut être modifiée par des politiques de prévention

Une estimation du nombre de cancers causés à l’échelle de la population française en est déduite. Comme le précisent les auteurs, ces estimations doivent être vues comme des ordres de grandeur, mais peuvent servir de base pour mieux cibler les actions de prévention pour la santé publique.

Après avoir étudié l’impact des 13 facteurs de risque respectant les critères, le CIRC conclut que 4 cancers sur 10 seraient évitables chez l’adulte, chiffre similaire à celui de Cancer Research UK pour le Royaume-Uni. Il reste à savoir quelle est la part de responsabilité de chaque facteur de risque.

Cliquez sur l’image pour mieux visualiser.

Il saute aux yeux que le tabagisme est de loin la première cause de cancers en France : près d’un cancer sur cinq peut lui être attribué. Si on l’associe souvent au cancer du poumon, il touche aussi, entre autres, l’ensemble du tube digestif. L’alcool vient en seconde position avec 8% du total, alors qu’on oublie parfois qu’il est cancérogène, même à dose modérée. Viennent ensuite les cancers liés à l’alimentation, que ce soit directement par une alimentation non équilibrée (manque de fruits et légumes, excès de viande…), soit indirectement par le surpoids et l’obésité.

En parlant d’alimentation, où sont donc les fameux pesticides ? Ceux-ci n’apparaissent que dans la catégorie « exposition professionnelle ». Cela concerne ici les agriculteurs, qui sont exposés à des doses plus élevées que la population générale (leur exposition aux pesticides retenus est en baisse et provoquerait environ 160 cancers par an). Parmi tous les agents auxquels la population est potentiellement exposée, les données disponibles ont seulement permis d’évaluer l’impact du benzène dans l’air intérieur et de l’arsenic naturellement présent dans l’eau de boisson (1 cas sur mille). Ainsi, les auteurs soulignent que le rôle des substances chimiques présentes dans l’environnement est ici sous-estimé. Néanmoins, l’impact des substances non prises en compte n’est visiblement pas flagrant à l’échelle de la population, d’autant que l’on n’observe pas d’augmentation inexpliquée des cas de cancers.

S’il convient de mieux surveiller et réduire notre exposition aux substances chimiques émises par l’humain dans l’environnement, il faut garder en tête que la nature ne veut pas notre bien non plus. Ses agents infectieux, virus et bactéries, sont par exemple responsables de 4% des cancers. Le premier d’entre eux est le papillomavirus, qui favorise notamment l’apparition du cancer du col de l’utérus, et dont on peut se prémunir à l’aide d’un simple vaccin. Dans la mesure où plus d’un millier de femmes meurent du cancer du col de l’utérus chaque année, on comprend que continuer à alimenter des peurs infondées sur ces vaccins est délétère pour la santé publique.

Le soleil est responsable de 3% des cancers, par les mélanomes qu’il provoque.

Ces travaux montrent le décalage entre notre perception et la réalité sur les facteurs de risque. Une enquête conduite récemment en Angleterre confirme que des facteurs de risque imaginaires (stress, ondes électromagnétiques…) sont très présents dans l’esprit de la population, parfois davantage que certains facteurs de risques réels (papillomavirus ou manque de fruits et légumes).

Un discours populaire sans fondement

Pour résumer, l’incidence des cancers a progressé entre 1980 et 2012. On dispose d’explications pour cette évolution, pour partie artificielle car les cancers sont davantage dépistés. L’incidence est repartie à la baisse depuis 2005. En outre, il ressort de l’analyse qu’une grande majorité des cancers évitables est liée à notre comportement individuel et non pas à une exposition environnementale passive aux produits des activités humaines. Aussi, la théorie intuitive présentée en introduction n’est pas soutenue par des éléments tangibles. Il n’y a donc pas lieu de paniquer, mais il demeure crucial de poursuivre les efforts de recherche pour mieux évaluer le risque cancérogène posé par les substances chimiques dans l’environnement.

Quant aux consignes que l’on peut suivre pour diminuer le risque de cancer, la plupart sont classiques : ne pas fumer, limiter fortement l’alcool, manger équilibré, se vacciner, se protéger du soleil, maintenir un minimum d’activité physique ou encore… ne pas vivre en Bretagne ou en Corse.

  1. Anonyme

    Il y a une nette différence entre les deux graphes: taux d’incidence et mortalité.

    Dans le premier on détecte 750 & 550 cancers en 2012 (hommes/femmes) sur 100 000 individus mais le décès intervient pas de suite (ou du tout) alors que dans le deuxième graphe, on lit 150 morts du cancer en 2015 (tout sexes confondus), sur 100 000 personnes.

    Peut on en déduire que dans la seconde dizaine d’années du XXIe siècle (maintenant !) 650 personnes sur 100 000 sont diagnostiquées avec un cancer mais seules 150 décèdent et 650 – 150 = 500 survivent ?

  2. T

    Merci pour cet article intéressant. Je voudrais revenir sur 2 points :
    – « Aussi, la théorie intuitive du cancer-comme-mal-moderne n’est pas soutenue par des éléments tangibles. », je ne suis pas d’accord quand on voit que le cancer est la 1ère cause de mortalité chez l’homme et la 2è chez la femme. C’est justement un des principaux maux modernes avec l’obésité et d’autres NDCs. Et comme vous le disiez très bien à la fin de l’article, changer ses habitudes de vie dans la mesure du possible.

    – Concernant les substances chimiques, elles ne ressortent pas dans le graphique
    1) à cause du critère d’inclusion (« Restricting to risk factors with IARC/WCRF-classified sufficient/convincing evidence of a causal link with cancer is likely to underestimate the true PAF, as genuine risk factor-cancer type combinations may not yet be clear.)”

    2) du manque de données sur les relations entre substances chimiques et cancer. L’alimentation et l’air intérieur sont les principales voies d’exposition, à ma connaissance, il n’y a pas par exemple d’études de cohorte qui a étudié les associations entre résidus de pesticides et incidence de cancer. et du coup par ce manque de données/données inconsistantes (cf. les polémiques sur le glyphosate), on est très loin d’avoir un niveau de preuve convaincant pour calculer des parts attribuables de risque. Par ailleurs, on a également peu de données de type « dosages des pesticides ou métabolites urinaires/sanguins » de personnes ayant participitées à une cohorte pour évaluer la survenue du cancer.

    D’autant plus qu’on est seulement en train de développer des modèles d’exposition cumulée aux substances chimiques.

    • Théo

      Merci de votre commentaire.

      Il est vrai que l’expression « cancer-comme-mal-moderne » n’est pas idéale, mais j’ai du mal à trouver mieux. En effet, le tabagisme par exemple est une pratique relativement moderne, étant donné qu’on a découvert le tabac avec l’Amérique. Par contre, sur le plan de la mortalité, certes le cancer est proéminent mais comme dit dans l’article, c’est surtout car il est plus difficile à éradiquer que le reste des maladies, et qu’il est favorisé par l’augmentation de l’espérance de vie.

      Pour vos points suivants :

      Effectivement l’impact des substances chimiques est sous-estimé car on se limite à celles classées 1 et 2A par le CIRC. Mais c’est aussi vrai pour tous les autres facteurs de risque, au-delà des substances chimiques. Chaque monographie du CIRC ajoute potentiellement un nouveau facteur comportemental, environnemental etc.

      Enfin, bien sûr que les données sont incomplètes, mais il existe bel et bien une littérature sur le sujet. La surveillance des cohortes d’agriculteurs est particulièrement précieuse sur ce point, puisqu’ils sont exposés à des doses plus élevées. Comme écrit dans l’article, l’effet de toutes les substance n’est pas pris en compte, mais en même temps celui-ci ne saute pas aux yeux à l’échelle de la population, autrement cela aurait motivé de la recherche pour obtenir ces données manquantes.

  3. Anonyme

    Des sources manquent dans cet article ! Par exemple, il n’y a pas de preuves que le vaccin contre le Papilloma virus soit efficace contre les cancers du col de l’utérus.
    Du coup, la crédibilité de l’article est remise en question.

    • Théo

      Bonjour, merci de votre remarque. Vous avez raison qu’il manquait une référence à cet endroit. J’ai ajouté en lien ce que dit l’institut national du cancer :

      « Ainsi, en Suède par exemple, une réduction des lésions précancéreuses de 75 % a été observée chez les jeunes filles vaccinées avant l’âge de 17 ans en comparaison aux autres jeunes filles. Ces résultats confirment en vie réelle l’efficacité qui avait été préalablement analysée dans les essais cliniques pour le développement des deux vaccins sur la protection des infections par les virus HPV 16 et 18, ainsi que des lésions précancéreuses associées. En revanche, l’évaluation de l’efficacité en termes de réduction des cancers nécessitera plusieurs années en raison de la durée d’évolution de cette pathologie. »

      Mais si vous êtes méfiants de ce qu’avancent les institutions sur ce sujet, dites-le moi et je vous ferai suivre quelques études confirmant l’efficacité du vaccin.

    • Théo

      Puisque je suis tombé dessus, je vous donne le lien de la revue de la littérature par Cochrane (https://www.cochranelibrary.com/cdsr/doi/10.1002/14651858.CD009069.pub3/abstract) dont la conclusion est :
      « There is high‐certainty evidence that HPV vaccines protect against cervical precancer in adolescent girls and women who are vaccinated between 15 and 26 years of age. »

  4. Derain

    La question du « sur diagnostic » des KC mérite aussi d’être posée, et de la balance bénéfice/risque de certains dépistages systématiques de masse…à l’image d’un depistage du KC de la prostate ou du sein…enfin difficile de faire la part des choses face à des pathologies’ multifactorielles et à des expo intriquées, et /ou difficile à mesurer….
    ce qui est rassurant au total c la non augmentation au final de la mortalité par KC pour 100 000 habitants depuis 75-85

    • Théo

      Effectivement, la publication à laquelle je fais référence dans le texte va dans votre sens : le dépistage systématique pour la prostate ne semble par exemple pas justifié.

Laisser un commentaire

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :